La déportation

La déportation
Une exposition permanente, des documents, des témoignages retracent le martyr des déportés.
LA DEPORTATION PARTIE DE FRANCE : 165 000 déportés

LA DEPORTATION PARTIE DE FRANCE : 165 000 déportés

89 000 déportés 

au titre de la répression de la lutte contre l’occupant (résistants ou opposants politiques, otages ou victimes de représailles) mais aussi comme droits communs, homosexuels. (selon les résultats des recherches au 1er janvier 2007) 

 60 % sont revenus 

 76 000 déportés, dont 11000 enfants 

au titre des persécutions antisémites et dans le cadre de la mise en œuvre de la « solution finale de la question juive » en Europe. 

 3 % sont revenus 

 La déportation "raciale" 

 Le 20 Janvier 1942, à la conférence de Wannsee, près de Berlin, sont fixées les modalités d'application de la "solution finale de la question Juive". Les Nazis dissimulent sous cette formule leur programme de déportation et d'extermination de tous les Juifs d'Europe.
photo 1

photo 1

Le 27 Mars 1942, part le premier convoi de juifs de France à destination du camp d'extermination d'Auschwitz. La persécution des Juifs, orchestrée par les Allemands avec l'aide de Vichy, s'intensifie. Dans le but de remplir les convois, de nouvelles rafles sont organisées, à Paris, en juillet 1942 (Vel d'hiv) et en août dans la zone libre. Ce ne sont plus seulement des hommes qui sont arrêtés, mais des familles entières, des femmes et des enfants. Ils sont internés dans les camps du Loiret et à Drancy avant leur déportation. 

Face à cette situation, les consciences se réveillent. De nombreux français expriment leur solidarité et aident les Juifs à échapper aux Nazis et à leurs complices, souvent avec le concours des organisations de résistance.
photo légende 1

photo légende 1

Ce wagon est une des pièces essentielles du musée. C'est l'un de ceux qui ont transporté des déportés vers les camps de concentration.
photo légende 2

photo légende 2

Photographie du Camp de Royallieu
photo légende 3

photo légende 3

Photographie des gardes du camp.